BioDiversity of the Mediterranean eXperiment

Nos partenaires

CNRS MISTRALS



Accueil > BioDivMeX > Les groupes de travail > WG3 : [ECOSYSTEMS]

WG3 Work in progress

publié le , mis à jour le

Ecosystems, vulnerability, socio-ecological resilience, values, ecosystem services and conservation.Retour ligne automatique

Coordinateurs : BATTEAU Pierre, LEFEVRE François, SCHATZ Bertrand, GEIJZENDORFFER Ilse, DE WIT Rutger, THIBAUT Thierry.

Objectif : Améliorer la compréhension des valeurs de la biodiversité et des liens avec le fonctionnement, la vulnérabilité et de la résilience des écosystèmes ainsi que des services qu’ils produisent aux sociétés humaines

Contexte
L’approche espèce-centrée était nécessaire et a été développée dans les années 90 notamment dans le contexte de la Directive Habitat, mais également à l’échelle internationale depuis l’élaboration de la Convention pour la Diversité Biologique (1992). Le concept de Biodiversité fut alors mis en avant et a été réappropriée globalement par tous les organismes de conservation de la nature qui continuèrent à mettre l’accent sur les espèces bien que la Biodiversité intègre toutes les dimensions du vivant du gène aux écosystèmes. Les questions posées par les changements globaux soulèvent néanmoins de vastes problèmes concernant l’avenir de la planète qui indique la nécessité absolue de repenser la gestion des écosystèmes et de leur fonctionnement. Le Millenium Assessment (2005) est un « benchmark » qui a mis l’accent sur les valeurs des écosystèmes, approche très anthropocentrée conçue afin de promouvoir une prise de conscience de la valeur des écosystèmes et aussi afin de promouvoir l’engagement des états afin de réfléchir et d’agir en vue de mitiger les effets négatifs des changements globaux sur le fonctionnement des écosystèmes. Ce faisant le balancier s’est orienté vers le fonctionnement des écosystèmes, mettant en sourdine la question de la biodiversité. En méditerranée où les changements globaux sociétaux, politiques et climatiques risquent d’être particulièrement graves, il nous semble important de réexaminer les interactions entre pratiques humaines, biodiversité et fonctionnement des écosystèmes.