BioDiversity of the Mediterranean eXperiment

Our partners

CNRS MISTRALS



Home > Projets > BLEACHCOR

Présentation du projet BLEACHCOR

published on , updated on

Coordinateur : Stephane SARTORETTO (LER-PAC, IFREMER)

Membres du projet :

IFREMER :

  • Stéphane SARTORETTO
  • Christophe Ravel
  • Benoist De Vögue
  • Fabienne Chavanon

M.I.O :

  • Thierry THIBAUT
  • Valérie MICHOTEY

Contexte et objectifs :

En Méditerranée, les Corallinacées sont à l’origine d’un habitat remarquable : le coralligène. Cet habitat, caractérisé par la grande biodiversité associée et son intérêt économique (pêche et tourisme), s’étend principalement de 30 à 100m de profondeur. Néanmoins, en fonction des conditions environnementales (turbidité, luminosité), il peut être rencontré à des profondeurs moindres (5 à 20m) ou plus élevées (jusqu’à 120m dans les eaux les plus claires). Les Corallinacées jouent également un rôle essentiel au sein des récifs coralliens en zone tropicale.
Depuis le début des années 90, différentes formes de maladies affectant ces algues calcaires ont été décrites en milieu récifal. Parmi les formes observées, trois seulement ont été reliées à un possible agent pathogène (champignon). Depuis quelques années, d’autres formes ont été recensées, aussi bien en milieu tropical qu’en Méditerranée : les blanchiments des thalles de Corallinacées signant une mortalité partielle ou totale. Ces trois dernières années, les formes suivantes ont été notamment observées le long du littoral provençal : Coralline Target Phenomena (CTP), Coralline White Band Syndrome (CWBS) et Coralline White Patch Disease (CWPD). Ces dernières surviennent principalement suite à des périodes caractérisées par des anomalies thermiques des eaux côtières (période d’eaux chaudes), corroborant les premiers résultats obtenus expérimentalement sur l’impact des stress thermiques dans le déclenchement des blanchiments des Corallinacées. Néanmoins, d’autres facteurs ont également été mis en avant dans les mécanismes de blanchiment : acidification des eaux côtières, agents pathogènes, changement des communautés bactériennes associées aux Corallinacées.

Dans ce contexte, le projet BLEACHCOR a pour objectif d’initier durant trois années un travail tourné vers la compréhension et le monitoring des épisodes de blanchiments atteignant les Corallinacées le long du littoral provençal allant de la surface à 45m. Ce monitoring, mené parallèlement au suivi des paramètres tels que la température, permettra notamment d’aborder l’impact de la récurrence de ces épisodes de blanchiments sur la conservation des bioconcrétionnements mais également d’apprécier le potentiel de résilience des espèces affectées par les principales formes de blanchiment observées.

Sites d’étude :

Le suivi des épisodes de blanchiment est réalisé dans deux zones d’étude ayant déjà présenté ce type d’événement et étant contrastées d’un point de vue environnemental (vent et fréquence des up-welling) :
- le Parc National des Calanques (région de Marseille),
- la région de Toulon (Cap Sicié et ouest Péninsule de Giens).
Dans chaque zone, une station peu profonde (5-12m) et une station profonde (40-45m) ont été sélectionnées pour engager le monitoring des épisodes de blanchiment ainsi que les études nécessaires à la compréhension de ces phénomènes. Fort de ces premiers résultats, une nouvelle zone d’étude sera prise en compte dans le cadre du programme BLEACHCORE : le Parc National de Port-Cros.


Installation capteur de lumière et piliers à Mesophyllum alternans blanchis (Gaméou, La Ciotat)


Blanchiment à 5m (Gaméou, La Ciotat)


Blanchiment à 43m (Calanque des Contrebandiers,Archipel de Riou)