BioDiversity of the Mediterranean eXperiment

Nos partenaires

CNRS MISTRALS



Accueil > Projets > SEEG Pantelleria

Présentation du SEEG Pantelleria

publié le

Site d’Etude en Ecologie Global (SEEG)

Ile de Pantelleria, Sicile, Italie

Responsable du SEEG :

Yildiz AUMEERUDDY-THOMAS (1) et Antonio MOTISI (2)

(1) CNRS, Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive, Montpellier, France
(2) Università Degli Studi di Palermo, Dipartimento di Scienze Agrarie, Alimentari e Forestali, Palerme, Italie

Comité scientifique :

Yildiz AUMEERUDDY-THOMAS, CEFE, Montpellier, France
Giuseppe BARBERA, Dipartimento di Scienze Agrarie, Alimentari e Forestali, Palerme Italie
Antonio MOTISI, Dipartimento di Scienze Agrarie, Alimentari e Forestali, Palerme, Italie
Graziella PAVIA, Municipio di Pantelleria, Pantelleria, Italie

Contexte et objectifs :

Construits à la croisée de différentes civilisations (phénicienne, punique, cartaginoise, grecque, romaine, arabe et actuelle) par l’interaction entre les hommes et leur environnement, les paysages méditerranéens sont une importante source d’informations pour éclairer à la fois le passé et l’évolution des mondes culturels de cette région. Au fil du temps, les pratiques développées de façon empirique ainsi que les nombreux échanges entre les peuples de Méditerranée ont permis de mettre au point un grand nombre de techniques et de savoirs locaux adaptés aux conditions écologiques, géomorphologiques et sociales des territoires occupés. Cela a d’ailleurs donné lieu à des paysages exceptionnellement riches en agrodiversité et en biodiversité associée. Dans des contextes de changement globaux, la perte de ces savoirs et savoir-faire, dont l’importance est reconnue par la Convention pour la Diversité Biologique, entraînerait aussi une perte d’éléments important sur les divers contextes culturels de la région méditerranéenne ainsi que des savoirs et pratiques pouvant informer des approches appropriées de développement durable.
De plus, associés à des savoirs scientifiques, ces savoirs locaux sont couramment utilisés par l’IPBES pour informer et orienter les politiques sur la biodiversité et le développement durable. Néanmoins, interroger et appliquer cette nouvelle relation entre le local et le global nécessite des études de cas approfondies afin de penser leur possible apport à l’échelle régionale et globale.
Sur l’île de Pantelleria, les savoirs locaux agricoles ont fait preuve d’une résilience exceptionnelle vis-à-vis des conditions climatiques contraignantes. Par ailleurs cette dernière subissant actuellement une période de transition et de transformation, cela nous a amené à choisir cette île comme Site d’Etude en Ecologie Globale. Notre objectif est de développer une étude de terrain interdisciplinaire (paléoécologique, archéobotanique, histoire, ethnohistoire, ethnoécologie, anthropologie, géographie et écologie) pour comprendre les formes de résilience socio-écologiques qui s’exercent sur cette île. Nous interrogerons les pratiques qui intègrent tradition et modernité et tenterons d’identifier, en outre, les facteurs d’équilibre participant à la résilience et ou pouvant mettre en péril ces paysages, ainsi que l’économie et le bien-être des habitants de Pantelleria.

Description de l’île de Pantelleria :

Figure 1 : Carte localisant l’île de Pantelleria en Méditerranée

Située au cœur de la Méditerranée à mi-chemin entre la Sicile et la Tunisie (voir figure 1 ci-dessus), l’île de Pantelleria est habitée par environ 7 000 habitants sur une surface totale de 82 km2 (voir figure 2 ci-dessous). Cette île volcanique basaltique qui culmine à 836m a un climat semi-aride et est balayé par divers vents plus ou moins violents (Siroco, Mistrals, Tramontane). Elle fait également face à un phénomène de concentration de masses nuageuses le soir, phénomène sur lequel sont fondées les approches locales développées par les agriculteurs pour récupérer l’eau atmosphérique. En effet, les techniques mises au point permettent le recueil de l’humidité qui se condense suite aux changements de température opérant entre le jour et la nuit par des réseaux complexes de murets, des pratiques sur les sols et des bâtis avec des toits destinés à cumuler la cueillette de l’eau. Les espèces arborées cultivées telles que l’olivier ou la vigne subissent en outre des tailles sévères et sont maintenues très proches du sol, avec des troncs sinueux et des branches très allongées, afin de les protéger du vent et de concentrer l’humidité atmosphérique. Grâce à ces pratiques liées aux savoir-faire des habitants, cette île a survécu face des conditions extrêmes aussi bien climatiques (climat semi-aride), écologiques (sols pauvres, isolement) et sociales (éloignement des centres de décisions). Par ailleurs, l’île fait actuellement face à un abandon des terres entraînant une baisse significative de l’activité agricole et la perte de pans entiers de paysages co-construits. Cependant, elle n’en reste pas moins un système socio-écologique opérationnel qui présente toutes les caractéristiques des agroécosystèmes méditerranéens (espèces cultivées emblématiques, travail des murs en pierre sèche, biodiversité associée élevée) avec à la fois des pratiques singulières. Ces savoirs ethnoécologiques et les pratiques et techniques associées, ont une immense valeur en tant que modèle de résilience socio-écologique pour le futur de cette île et pour d’autres îles méditerranéennes.
A moyen terme, l’ambition serait d’utiliser l’exemple de Pantelleria ainsi que les méthodes et approches utilisées pour développer un projet comparatif à l’échelle des îles méditerranéennes en collaboration avec le Groupe de Travail sur les Insularités de BIODIVMEX Mistrals.

Figure 2 : Carte de l’île de Pantelleria

Institutions et autres projets associées :

Dipartimento di Scienze Agrarie, Alimentari e Forestali, Université de Palerm, Italie
Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia de Naples, Italie
Université de Médecine de Palerme, Italie
Parc National de Pantelleria, Italie
UMR 5175 CEFE, CNRS, France
UMR GEODE, CNRS, France
UMR 7194, Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique, MNHN, Paris
Le projet AGROBIODIVMED de BioDivMex, MISTRALS

Membres du projet :

Virginie BALDY, IMBE, Marseille, France
Ilham BENTALEB, ISEM, Montpellier, France
Rosario CAPPADONNA, Syndicat des cultivateurs de câpres, Pantelleria, Italie
Angelo CASANO, Université de Médecine de Palerme, Italie
Nathalie COMBOURIEU-NEBOUT, Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique , Paris, France
Ligia J. DOMINGUEZ, Université de Médecine de Palerme, Italie
Teodoro GEORGIADIS, IBIMET – CNR, Bologna, Italie
Tommaso LA MANTIA, Dipartimento di Scienze Agrarie, Alimentari e Forestali, Palerme, Italie
Florent MOUILLOT, CEFE, Montpellier, France
Federica ROSSI, IBIMET – CNR, Bologna, Italie
Claudia SPECIALE, Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia, Naples, Italie

Publications :

Deguillame Virginie, « Au cœur de l’île de Pantelleria : savoirs sur la nature et techniques agraires entre passé et présent », Mémoire de master en Sciences Sociales Appliquées à l’Alimentation, sous la direction de Christophe Serra Mallol et Yildiz Aumeeruddy-Thomas, Toulouse, Université de Toulouse Jean Jaurès, 2018, 183 p.